Félix Mairal, dernier habitant d’Otin en Sierra de Guara

Le village abandonné d’Otin est un but incontournable de balade pour le randonneur qui visite la Sierra de Guara. La Balaguère s’y rend dans plusieurs de ces circuits.
Plusieurs chemins y conduisent.
La Costerra s’élève en confortables lacets dans un foisonnement d’aiguilles dont les plus connues sont la grivoise Cuca de Bellosta, la Tour St Jacques ou el Castillo.
L’autre itinéraire plus conventionnel s’insinue dans le ravin d’Andrebot, passe devant le légendaire dolmen de Losa Mora où une halte s’impose puis traverse un vaste plateau sur fond de Pyrénées.

L’arrivée sur Orin est saisissante et interpelle l’imagination.

L’église sur son monticule, domine le village, ou ce qu’il en reste
Quelques maisons sont encore debout. On peut reconnaître ce qui fut l’école.
D’autres moins chanceuses ne sont que ruines.
Que le toit s’écroule et c’est le début de la fin.
Ronces, lierre et prunelliers s’insinuent entre les jointures de murs et sonnent l’hallali.

On imagine difficilement qu’Otin ait pu être habité un jour.

Pourtant, les précurseurs de la Sierra de Guara dans les années 70, ont pu rencontrer Félix Mairal, dernier habitant de ce village hors du temps. Sa silhouette dégingandée hantait les lieux tel un fantôme de chair et d’os.

FÉLIX MAIRAL

FÉLIX MAIRAL

Qu’un randonneur advienne à passer, il le hélait pour partager avec lui sa pitance et un coup de porron.

Né à Otin à une date incertaine, il fuit les difficultés de vie là-haut, à la recherche de lendemains qui chantent. Vivre en grattant la terre ne fait plus d’adeptes parmi les jeunes de l’époque. En bas, dans les villes, l’Espagne post franquiste est en pleine expansion.
Tour à tour chauffeur de camion à Barbastro puis Barcelone, il remonte vivre à Otin après la mort de sa mère. Il y vit chichement de la culture de patates, de quelques poules et une vache. Le mercredi, il descend à Rodellar où arrive le camion de ravitaillement.
La maladie le contraint à descendre à l’hôpital de Huesca où il tire sa révérence en 1976.

Par Gérard Caubet

Related posts:

3 réflexions au sujet de « Félix Mairal, dernier habitant d’Otin en Sierra de Guara »

  1. Bonjour. Il me semble que le dernier habitant d’Otin fût Manolo qui y vivait a l’annéeet qui avait retapé l’école en auberge. Il nous a quittés il y a une dizaine d’années…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*