Le passage d’Orteig sur la Haute Route des Pyrénées

Le passage d’Orteig, un raccourci entre le col d’Arrius et le refuge d’Arrémoulit

Découvert en 1883 par le guide chasseur des Eaux Bonnes Jacques Orteig, cet impressionnant raccourci traverse le flanc rocheux d’un contrefort du Pic d’Arriel.
En évitant le détour par le fond d’Artouste, il permet d’économiser quelques décilitres de sueur et de gagner un précieux temps.
Vous pouvez le franchir lors de la randonnée proposée par La Balaguère qui traverse le Parc National des Pyrénées.

Vue plongeante sur Artouste

Vue plongeante sur Artouste

Sa seule évocation suscite des monceaux d’inquiétude chez le randonneur au « trouillomètre à zéro ».

Jacques Orteig lui-même disait de sa découverte : « à part un petit endroit pas très joli, ce n’est rien »
Il faut dire que dans son état initial le franchissement du passage d’Orteig n’était pas chose aisée.
Le conte Roger Bouillé, pyrénéiste et aquarelliste plus connu sous le pseudo de Jam, fait demi tour devant cette « roche dépenaillée dégringolant dans le vide »

Depuis, le passage connut quelques aménagements.

Le premier fut réalisé par Orteig lui-même, grâce à une somme d’argent allouée par Adrien Bayssellance.
Par la suite il fut élargi puis édulcoré par la pose d’un câble .
Aujourd’hui, mis à part un peu de gaz, il ne présente aucun problème en conditions normales et demande un peu d’attention.

Passage d'Orteig

Passage d’Orteig

Au départ, le sentier sensiblement horizontal, enjambe le déversoir du lac d’Arrius.

Le passage se dévoile alors dans son ensemble.
Sur fond de lac d’Artouste, le vide ne tarde pas à manifester son attirance. En quelques minutes, le sentier cède la place à la partie rocheuse. Elle est montante. De solides prises, un câble, et par çi par là des barres d’acier, permettent de la franchir sans encombre en une quinzaine de minutes. À la sortie, le cirque d’Arrémoulit apparaît dans son berceau de granit avec le Balaïtous en toile de fond. Il ne reste plus qu’à rejoindre le refuge en cheminant entre les dalles (cairns).

Jacques Orteig est né en 1834  à Aas dans une famille de modestes agriculteurs.

Il est maçon avant de devenir guide -chasseur réputé et très demandé.
Son physique avantageux le prédisposait à parcourir la montagne. Admirablement charpenté, il était de haute taille (1,80 m), large d’épaules, et marchait légèrement voûté.
Selon les canons de beauté masculine de l’époque, il arborait une moustache bien fournie.
Unissant sa vélocité à d’indiscutables talents de chasseur, il réussissait à capturer de  jeunes isards à main nue en les coinçant entre des rochers d’où ils ne pouvaient s’échapper.
Son caractère affable et sa grande connaissance de la vallée firent rapidement de lui la coqueluche des guides ossalois.
On ne connaît aucun sommet d’Ossau qui ne reçût sa visite.
Ses surnoms en disent long sur ses extraordinaires capacités physiques : l’animal des Eaux-Bonnes, le poumon phénomène, le dératé, etc.

La même année, le 22 juillet 1872, il réalise son exploit le plus retentissant.

Pour 2000 F de l’époque, il fait le pari de relier dans la même journée le pic de Ger, les Arcizettes, le Soussoueou, le col de Lurien, Sabouiste, le pic du Midi d’Ossau, Gabas, Laruns et Pau.
Muni d’un bâton, chaussé de sandales, et ceint d’une ceinture rouge, il s’élance des Eaux-Bonnes à 2H du matin. Il atteindra Pau 18H 30 minutes plus tard sous les vivats de la foule.
Cette performance laisse rêveur : 7 km/ h de moyenne, 9 en pointe entre Laruns et Pau.
Sa femme Jeanne meurt la même année.
Dès lors il va mener une vie dissolue d’artiste de foire, le plus souvent largement arrosée.
Lui qui selon ses dires « aurait pu marcher avec une canne en or », meurt misérablement en 1904 à l’âge de 70 ans.
Il n’en demeure pas moins un grand guide qui aurait pu mériter mieux.

Par Gérard Caubet

Related posts:

2 réflexions au sujet de « Le passage d’Orteig sur la Haute Route des Pyrénées »

  1. Très chouette votre résumé des routes
    pour traverser les Pyrénées !!

    MERCI !!

    Z’ avez pas un « truc » pour avoir des jambes neuves ??

    (et le souffle, et LE COURAGE qui vont avec… !!)

    éliane

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*