L’Ermitage de Santa Orosia en Aragon

L’ermitage de Santa Orosia, la sainte qui a perdu sa tête…

C’est un haut lieu spirituel de l’Aragon. Il est dédié au martyre de Santa Orosia, sainte patronne de la Jacetenia (province de Jaca).

Plusieurs légendes courent à son sujet. Certaines font naître Santa Orosia en Bohème, d’autres à Bayonne. Quoi qu’il en soit un chef Maure ou Wisigoth selon les versions, se promet de l’offrir en cadeau à son chef pour attirer ses grâces. Devant le refus de la jeune fille, il la décapite et une source miraculeuse jaillit là où sa tête est tombée. Après 300 ans d’oubli, elle apparaît à un berger et lui adjoint de construire un ermitage à cet endroit, pour vénérer sa tête. Elle lui demande aussi de transférer le reste de son corps à la cathédrale de Jaca. Sitôt dit sitôt fait.
En vertu de son martyre, on attribue à Santa Orosia le don de guérir les maux de tête et la folie.

L’ermitage de Santa Orosia est situé sur un plateau verdoyant surplombant la vaste plaine de Sabiñánigo.

Santa Orosia

Santa Orosia

Un relais radio malencontreusement fiché sur un éperon permet de repérer le lieu d’en bas.
Au milieu du plateau s’élève l’ermitage de Sainte Orosia. Outre la chapelle, l’ensemble comprend des dépendances dont l’une peut servir de refuge. Devant l’ermitage, jaillit la source où Santa Orosia aurait été décapitée.

La pyramide herbue du tozal de Oturia domine Santa Orosia de sa silhouette massive. Il ferme au sud le Sobrepuerto, région en retrait du monde, connue pour ses villages abandonnés.
Le chemin d’accès à Santa Orosia démarre de Yebra de Basa et s’élève vers le plateau en suivant un sentier séculaire. L’itinéraire est jalonné de chapelles dont chacune commémore un épisode du martyr de la sainte.
Aux abords du plateau, les ermitages superposés de la Cueva et de San Cornelio surgissent au regard. Une cascade contribue à la magie de l’endroit.
L’itinéraire se poursuit de long d’une « faja » naturelle également jalonnée de chapelles.

Tous les 25 juin, la sainte est doublement fêtée à Yebra de Basa et à Jaca qui se partagent les reliques.
La romeria de Yebra de Basa est l’occasion d’une grande réjouissance populaire au cours de laquelle sa tête enchâssée sur un buste d’argent, est montée en procession du village jusqu’à l’ermita du plateau, lieu de sa découverte.

Par Gérard Caubet

Related posts:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*