Chronique d’un touriste sexuel dans les Pyrénées : le percnoptère d’Egypte

Avec ses 160 cm d’envergure, il s’agit du plus petit vautour  présent sur les Pyrénées ouest et centrales. Il est blanc le bord de l’aile souligné d’un liseré noir. Sa tête jaune n’est pas observable à distance.

Percnoptère d'Egypte

Je veux parler du Percnoptère d’Égypte alias « Neophron percnopterus » ou tout simplement  “le perc” pour les intimes.
Votre accompagnateur n’aura pas manqué de vous montrer pour peu qu’il vous ait survolé au cours d’une rando.

Sa particularité est d’être migrateur

Il vient nicher chez nous de mars avril à fin août début septembre,
La moralité de l’oiseau ne fait aucun doute. Le couple est fidèle à vie. Touriste sexuel n’est donc pas le bon mot. Le titre aguicheur n’avait d’autre but que d’attirer votre attention.

C’est en Mauritanie et les falaises du pays Dogon qu’il établit ses quartiers d’hiver.  Mon ami Didier Peyrusqué, grand spécialiste de l’espèce est allé l’observer là-bas et a filmé son voyage de retour chez nous à travers l’Afrique du nord et l’Espagne.

Dans nos Pyrénées, il symbolise le retour du printemps

Chez moi, les anciens le nommaient « buitre de la bugade », littéralement vautour de la lessive. Il signalait aux femmes que le moment était venu de procéder à la grande lessive de printemps.

Personnellement, le premier percnoptère que je vois me remplit d’une grande joie. L’hiver est fini et mu par un réflexe pavlovien, je fais tourner le lave-linge.

Par Gérard Caubet

* Autres noms
Béarnais : Marie blanque.
Basque :  Behi bideko ematze zuria (la dame blanche du chemin des vaches) ou sai zuria (le vautour blanc).
Aragon : Voleta
Espagnol Alminoche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*