Le sureau noir

Le sureau noir (sambucus nigra) ou l’arbre à sieste coquines.

Selon les croyances populaires, dormir sous un sureau donnerait des rêves coquins. De la à l’appeler le viagra du randonneur, il n’y a qu’un pas.

[portfolio_slideshow]

Plus sérieusement, le nom latin Sambucus fait allusion aux flûtes (sambuca) que les pâtres grecs taillaient dans le bois tendre et creux du sureau.
Tradition reprise par les druides gaulois, qui s’en servaient pour converser avec l’au-delà.

On l’appelle aussi “arbre de Judas” car c’est à la branche d’un sureau noir que le traître se serait pendu.

Dans un registre plus gai, les baies noires font d’excellentes confitures, de la limonade, alors que les fleurs se consomment en beignets en vins, en sirop, etc.

Ne pas confondre avec ses cousins le rouge et le hièble.

Comme son nom l’indique ; le sureau rouge arbore des baies rouges caractéristiques.
La confusion serait plus facile avec le sureau hièble qui est toxique. Le hièble est petit alors que le noir est un arbre. Les fruits du hièble sont noirs mais toujours situés au sommet de la tige et dressées vers le haut a l’inverse du sureau noir dont les fruits sont pendants.

Le sureau aime le soleil. On ne trouvera pas en forêt mais en lisière. En montagne, ils poussent souvent à proximité des au milieu des cabanes de berger. Plante nitrophile, il indique avec une précision de GPS l’endroit où le berger va soulager sa vessie.

J’aime bien le sureau pour ses confitures et ses vertus aphrodisiaques. J’y vais de ce pas. Pour le moment, aux confitures ….

On peut consulter sur le net un article bien documenté sur le sureau

Par Gérard Caubet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*