Un touriste anglais sauvagement agressé au Cotiella

On est au milieu du XIX° siècle. En ces temps pas si lointains, pratiquer le pyrénéisme n’est pas exempt de tout danger. L’Espagne est déchirée par les guerres carlistes. Malfrats et bandits de tout poil hantent la montagne dans des buts moins avouables que d’en gravir les sommets.

Le fait-divers qui suit a pour théâtre le Cotiella, sommet aragonais encore peu visité aujourd’hui, pour cause d’éloignement.

Cotiella

Cotiella – © O Guix

La victime n’est autre que le comte Henry Russell-Killough, pyrénéiste et écrivain de renom.

Né toulousain de mère et irlandais de père, il parcourt inlassablement les Pyrénées et relate ses expéditions dans un style romantique pur jus.

Sa description du Cotiella  est un festival de superlatifs. « Une montagne de cendres / Un géant décharné / Un squelette solitaire et lugubre à peine recouvert de chairs ardentes / Un pays calcaire où l’eau y est aussi rare qu’en Arabie / Des bosquets de pins si vieux et décrépis, qu’ils ressemblaient vaguement à des cadavres oubliés sur un champ de bataille / etc »

Depuis longtemps, le Cotiella attise sa convoitise « Pendant des années, chaque fois que je faisais une ascension sur la frontière d’Espagne, et que ma vue errait sur l’Aragon, j’y regardais avec autant d’envie et de curiosité, une montagne orgueilleuse et aride dont la hauteur et l’aspect africain m’intriguait tant, et que je pouvais à peine résister au désir d’y monter. C’était devenu une idée fixe. Seulement comment s’y prendre ou même s’en approcher ? »

Il part une première fois  « à la poursuite de cette montagne introuvable », dont personne n’est capable de lui donner le nom.

Son fidèle porteur, le « docile Francisco » l’accompagne. Parti de Luchon ; il fait halte à l’auberge de Vénasque, et fait provision de 3 gigots d’agneau. Après avoir cherché et trouvé une voie d’accès par Armenia, il foule enfin le sommet. Malheureusement, le temps est bouché et « je ne voyais au nord qu’une masse désordonnée de nuages brisés »

Pour sa deuxième visite au Cotiella, il est accompagné de Lequeutre, d’Henri et Célestin Passet, les 2 célèbres guides de Gavarnie.

Cette fois les dieux sont avec eux. L’immense panorama qu’ils découvrent du sommet s’étend « des humbles pics du Pays basque jusqu’aux cimes de l’Andorre ». Commence alors la descente. Passé le col de Coronas, il ne leur reste plus assez de jour pour descendre sur Plan de Gistain. Russel propose de bivouaquer dans une cabane abandonnée repérée avec Francisco lors de son premier voyage dans le massif. En panne de vin, ils envoient un berger à Plan moyennant 2 francs de pourboire. La nuit est tranquille et douce. Russel et Lequeutre dorment à l’intérieur, les 2 Passet dehors à la belle.

Alors qu’il sommeillait, Célestin Passet  saisit violemment Russel par le bras :
« Il y a quatre espagnols devant la porte avec hache et fusil. Ils veulent vous parler ».

Le récit qu’il en fait vaut son pesant de cacahuètes :

« Je fis de la diplomatie, préparant tous mes muscles à une fuite vertigineuse et instantanée / L’un d’eux nous coucha en joue et fit feu sur nous à quelques pas, j’entendis la balle siffler entre Lequeutre et son guide / Je fis un kilomètre, en moins de trois ou quatre minutes / Je détachais des cascades de cailloux, dont le bruit réveillait à une lieu à la ronde les mille échos de ces sauvages montagnes / Je me crus en sûreté quand soudain, j’entendis la forêt résonner de toute part de hurlements sauvages / En moins de cinq minutes, je fus cerné par une troupe de bandits dont je ne puis dire le nombre, mais si j’en juge par le concert de vociférations ils devaient être une dizaine / Si j’avais toussé, j’étais perdu /  Enfin les premières lueurs du jour me délivrèrent, toute la forêt rentra dans le silence / Je m’élançais hors du bois à toutes jambes descendant vers le Plan de Gistain, la fièvre au cœur et au cerveau ,croyant mes pauvres amis égorgés ou dispersés dans ce dédale de pics les plus déserts des Pyrénées. / On devinera combien ces heures d’attentes furent douloureuses ; m’attendant à toute heure à voir déboucher une procession funèbre et les dépouilles sans vie de mes trois compagnons / Mais dieu nous sauva tous. A huit heures, j’aperçus quatre points noirs, un aragonais en tête et un quart d’heure après nous étions réunis sains et saufs dans la cour de l’auberge.»

Célestin, comme lui, avait passé sa nuit à errer dans la forêt. Henri Passet se fit plaquer à terre, on lui vola sa montre mais on la lui restitua. Ils en voulaient à l’argent. Lequeutre, moins chanceux s’était fait proprement détrousser.

Il semblerait que les bandits aient pris Russel et ses compagnons pour des carlistes cherchant à faire passer un vaste trésor en France.

Épilogue par Russel lui-même : « Que faire contre quatre bandits hérissés de couteaux / Un siècle entier ne fera pas oublier cette seconde / je serais désolé si mes lecteurs allaient conclure de cette histoire qu’il est dangereux de circuler dans les montagnes de l’Aragon. Il n’en est rien. Elle prouve seulement qu’on peut trouver des malfaiteurs partout, même à Paris, même chez soi. Du reste nos bandits (quatorze en tout) furent bientôt pris et sévèrement châtiés.»

Par Gérard Caubet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*