Le Capcir

Le plateau du Capcir constitue une exception pyrénéenne.

On est à 1500 m d’altitude, ce qui  dans les Pyrénées est peu courant pour un habitat permanent. Ici, la notion de vallée n’existe pas. Le Capcir se présente comme un vaste espace clos ceinturé de montagnes et de forêts. D’un côté, le sauvage massif du Madres déplie au soleil levant sa longue carcasse pelée. De l’autre, la géographie est plus complexe. Un entrelacs de crêtes et de sommets marquent de façon moins nette ses limites ouest.
L’Aude y prend sa source. Elle traverse le plateau de part en part avant de plonger sans retour dans les gorges du Carcanet. Les maisons aux toits de lauzes sont d’aspect massif et regroupées en villages.

[portfolio_slideshow]

Son surnom de petite Sibérie permet l’économie d’un long discours sur le climat.

La Ligulaire de Sibérie, plante rélicte de la dernière glaciation est également un témoignage vivant de la rudesse du climat. Elle ne pousse qu’ici dans les Pyrénées.
Par une pirouette sémantique, les responsables locaux tentent de lui substituer celui de « Petit Canada » touristiquement plus glamour.
Dans cet environnement préservé où la nature est omniprésente, deux activités exigeantes d’espace sont pratiquées : le ski de fond et la chasse guidée.

Le ski de fond est arrivé ici dans les années 75.

L’activité « ski » est venue tirer le Capcir de l’engourdissement dans lequel il était plongé. À cette époque, le ski alpin est en plein essor. Les montagnes se hérissent de pylônes et de câbles d’acier. La moyenne montagne est en panne de développement. Le ski de fond apparaît comme l’outil providentiel.
L’idée est simple, découvrir la nature en hiver, avec des gens du pays, en se déplaçant sur la neige au moyen de skis légers. L’activité doit être à portée de toutes les bourses et se poser en réaction au ski alpin trop cher, trop frime, trop tout.

Le concept part des alpes du sud, arrive dans le Capcir où il trouve un terreau favorable à son implantation. Tous les atouts de la réussite sont réunis : une volonté politique forte, une tradition nordique toujours vivace et un relief doucement vallonné. Un énorme effort de mobilisation des habitants est entrepris. Certains créent des gîtes, d’autres deviennent moniteurs. Attirés par cet eldorado blanc, des « jeunes venus d’en bas » viennent s’installer. Les villages reprennent vie, les écoles ré ouvrent.

De 90 personnes en 1974, le village de Matemale en compte 300 aujourd’hui.

Du Capcir, le ski de fond rayonnera sur l’ensemble de la chaîne. Des centres écoles fleuriront dans toutes les vallées. On viendra ici de toute part s’inspirer du modèle, et glaner quelques idées.
Les meilleurs choses ayant une fin, le ski de fond a fortement diminué pour des raisons diverses. Il a considérablement évolué avec l’apparition du patinage. De pratique collective et accessible à tous, il est devenu plus individuel, requiert une plus haute technicité et une exigence physique plus grande.
Le Capcir a su s’adapter sans perdre son âme en proposant de nouvelles activités dont la découverte de la nature reste l’ingrédient principal.

Dans les forêts domaniales de Madres Garrotxes et de Capcir-Conflent, se pratique une activité discrète et méconnue : la chasse guidée.

L’Office National des Forêts en est le grand organisateur.  Par son statut d’établissement public industriel et commercial, il se doit de générer ses propres ressources pour fonctionner. En marge de son activité classique de vente de bois, la chasse guidée constitue pour cette ancienne administration un appoint non négligeable.
Le Capcir est dans les Pyrénées le seul territoire permettant de faire le coup de feu sur les 5 espèces de grand gibier présentes dans les Pyrénées : le cerf, l’isard, le mouflon, le chevreuil et le sanglier.
C’est une prestation payante dont les clients sont d’aisés collectionneurs de trophées. Le tarif comprend deux parties. L’accompagnement et le trophée dont le prix est évalué selon un barème de points. Pour l’isard, par exemple, interviennent la longueur des cornes, leur hauteur, leur écartement et autres critères appréciables par les seuls initiés.
À l’ONF comme ailleurs, le client est roi. C’est lui qui choisit le type de bête qu’il souhaite chasser. Un agent ONF spécialement formé au métier de guide de chasse l’accompagne pour le mettre en situation de tirer le gibier convoité.

Une bête blessée non retrouvée est due.

La viande d’isard n’étant pas autorisée à la vente, le client doit s’occuper lui-même de la carcasse. Il lui appartient entre autres de la porter s’il souhaite prolonger par des agapes entre amis, le plaisir de la journée.
La venaison des autres espèces est vendue au kilo, au chasseur lui-même ou à tout à tout autre acheteur sous réserve de passer par les services vétérinaires.
Le Capcir n’est pas le seul endroit où se pratique la chasse guidée. Tous les domaines privés de l’état en proposent. Sur la chaîne, seules les Pyrénées atlantiques ne sont pas concernées.
En Espagne, on chasse également dans les réserves nationales. Le quota de prélèvement autorisé est réalisé par un bureau privé. Comme la demande est supérieure à l’offre, un tirage au sort départage les nemrods. Un quota d’animaux est donné aux communes qui ont cédé leurs terrains. Ils sont en général mis aux enchères.
En Andorre, la chasse à l’isard est pratiquée collectivement sur un temps très court. Elle donne lieu à de mémorables fiestas.

Cette chasse en particulier, pas plus que les autres en général ne doivent êtres vues comme des massacres irraisonnés. Elles s’opèrent dans le cadre d’un plan de chasse qui prévoit le quota d’animaux à abattre pour une bonne gestion de la faune sauvage.

Par Gérard Caubet

La Balaguère propose des randonnées pour découvrir le Capcir :

Traversée du Capcir, pays des lacs et du soleil en petit groupe accompagné

La traversée catalane de l’Espagne au Capcir en raquettes à neige avec accompagnateur

Toutes les randonnées de La Balaguère dans les Pyrénées Orientales.

Related posts:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*