Le plantain

Le plantain : une plante extraordinaire 

Il est des plantes aristocratiques, dont les fleurs sont éblouissantes ; certaines se targuent d’être rares, ne poussent que sous certains climats, sur certains sols et demandent beaucoup de soins ; d’autres encore sont difficiles à reconnaître ou complexes voire dangereuses à utiliser.

Le plantain est le contraire de tout ça.

C’est la définition même du « Simple » : la plante qui pousse partout, et qui, sans aucune prétention, nous offre un nombre incroyable de bienfaits.

Plantain

Plantain

Où que vous vous trouviez, quelle que soit la nature du terrain, il y a de grandes chances pour que vous n’ayez qu’à vous baisser pour  ramasser l’une des nombreuses espèces de plantain existant dans le monde, et ceci, quelle que soit la période de l’année.

L’usage le plus spectaculaire que l’on peut immédiatement faire du plantain est sans conteste en cas de piqûre d’insecte ou d’orties.

Froissez alors quelques feuilles fraîches de façon à en extraire un peu de jus et frottez le  sur la piqûre. La douleur partira immédiatement, comme par magie.

Mais le plantain a de nombreuses autres vertus.

Ses feuilles appliquées en compresses, après avoir été rincées à l’eau bouillante, accélèrent la cicatrisation d’une plaie.
En infusion (10 g / verre) il sert de collyre dans les conjonctivites ou les irritations de paupières.
En décoction (50 g / l, ébullition 3’, infusion 15’), il calme la toux (bronchites), les angines (en gargarismes) et autres laryngites et pharyngites.

En application locale cette même décoction est très efficace pour calmer les irritations des muqueuses (gingivites, vaginites…).
Elle peut être utilisée contre la diarrhée et la dysenterie, régule les selles et calme le tube digestif.

À plus forte concentration (100 g / l, 1 cuillère à soupe  toutes les 10’), c’est un anti-hémorragique que l’on peut utiliser en cas de saignements de nez.
L’infusion de graines est diurétique et aide à éliminer l’acide urique.

C’est enfin un reconstituant général très efficace.
Sachez aussi que les jeunes feuilles se mangent en salade et ont une saveur de champignon. On peut aussi les cuire comme des épinards.
Les herbivores l’adorent, les oiseaux en raffolent !

Alors ? Qu’est-ce que je disais ? Etonnant le plantain, non ?

Et pour finir, une anecdote vécue d’accompagnateur.

Ça se passait en Sierra de Guara, il y a… quelques années ! À l’entrée d’un canyon, je me trouvais en train de pique-niquer avec mon groupe quand je croquai dans une tartine sur laquelle s’était posée une guêpe. Celle-ci me piqua à l’arrière de la joue et le gonflement fut immédiat !

Sachant que j’avais un tempérament allergique, je m’apprêtais à foncer au centre de secours le plus proche, mais en attendant, j’eus le réflexe de cueillir des feuilles de plantain et de les mâcher. Le jus de plantain se mélangeât à la salive et baignât la piqûre qui dégonfla en quelques minutes. Une heure après, la bouche engourdie, mais le gonflement et la douleur ayant disparu, je partais pour mon après-midi de canyoning.

Plantain lancéolé

Je reste persuadé que ce jour là, le plantain a fait plus que sauver ma journée de travail !

Rémy Fourasté

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*